La soudure est un métier de précision, essentiel dans de nombreuses industries, des infrastructures au bâtiment, en passant par la fabrication automobile. Cependant, derrière les étincelles de la performance, se cachent des risques souvent sous-estimés.

Cet article dévoile les 9 principaux risques liés à la profession de soudeur et propose des mesures préventives pour garantir une pratique sûre et responsable.

1 – Fumées et Gaz

Les soudeurs sont quotidiennement exposés à une multitude de substances toxiques émanant des matériaux qu’ils manipulent. En voici une liste non exhaustive :

  • Toxiques : plomb, manganèse, cadmium, ozone, etc.
  • Cancérigènes : chrome, cadmium, béryllium, nickel, etc.
  • Fièvre du soudeur : zinc, cuivre, magnésium, aluminium, cadmium, oxyde de fer, manganèse, nickel, sélénium, argent et étain, etc.
  • Allergisants : chrome, nickel, zinc, aluminium, colophane, diisocyanates, etc.
  • Asphyxiants : acétylène, argon, oxydes de carbone, azote, hélium, hydrogène, etc.
  • Fibrosants : amiante, béryllium, fer, oxyde d’azote, silice, etc.
  • Irritants : ozone, oxyde d’azote, oxyde de fer, molybdène, nickel, phosgène, phosphine, cadmium, chrome, cuivre, manganèse, magnésium, molybdène, zinc, acide chlorhydrique, acide fluorhydrique, diisocyanates, aldéhydes, tungstène, etc.

Leur présence peut entraîner les effets suivants :

  • Irritation des yeux, du nez ou de la gorge
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Vertiges et nausées
  • Difficultés respiratoires incluant la suffocation ou l’asphyxie
  • Fièvre des soudeurs
  • Problèmes pulmonaires
  • Différents types de cancer
  • Ulcères à l’estomac
  • Lésions rénales
  • Lésions du système nerveux
  • Manganisme
  • Douleurs thoraciques
  • Asthme
  • Hémorragies
  • Dermatite ou eczéma
  • Affection des reins
  • Troubles des os et des articulations
  • Sidérose (dépôt d’oxydes de fer dans les poumons)
  • Stannose (inhalation de fumée d’oxyde d’étain)
  • Anthracose (inhalation de poussières de carbone)
  • Bérylliose (inhalation de fumée de béryllium)
  • Accumulation de liquide dans les poumons

Pour se protéger contre ces risques, nous avons développé une méthode en huit étapes qui permet, dans un premier temps, de réduire la production de fumées toxiques et, dans un second temps, d’extraire les fumées résiduelles.

  1. Trouver des alternatives
  2. Isoler les opérations de soudage
  3. Utiliser un procédé générant mois de fumée
  4. Sélectionner les matériaux et consommables
  5. Extracteurs de fumée
  6. Position de travail
  7. Ventilation générale
  8. ÉPI
Inscrivez-vous pour profiter de cette mine d’informations et poser toutes vos questions en chat. Places limitées.

2 – Bruit

Certains procédés de soudage et de coupage figurent parmi les activités les plus bruyantes de l’industrie. Le coupage à l’arc-air, le soudage et le coupage au plasma produisent des niveaux sonores élevés qui peuvent entraîner des dommages auditifs irréversibles. Les opérations annexes telles que l’enlèvement manuel du laitier, le grenaillage, le meulage et le martelage contribuent également à l’augmentation significative de l’exposition au bruit.

L’exposition prolongée à de tels niveaux de bruit peut conduire à la surdité, souvent précédée par des acouphènes. En outre, l’environnement bruyant affecte la vigilance et la précision des réponses psychomotrices des soudeurs, les mettant à risque de commettre des erreurs potentiellement dangereuses.

Les effets néfastes du bruit ne s’arrêtent pas à l’audition; ils incluent également l’irritabilité, l’anxiété, la fatigue accrue et le stress. La pression sonore excessive peut également diminuer la résistance aux infections et engendrer des troubles cardiovasculaires, démontrant ainsi un impact sur la santé globale au-delà de l’audition seule.

Solutions pour atténuer le risque dû au bruit :

  1. L’utilisation de technologies de fabrication moins bruyantes et l’entretien rigoureux des équipements peuvent réduire le niveau de bruit généré.
  2. L’installation de cloisons ou d’écrans acoustiques autour des zones bruyantes permet de diminuer la propagation des ondes sonores.
  3. Les soudeurs devraient porter des protections auditives telles que des bouchons d’oreilles ou des casques antibruit adaptés aux niveaux de bruit auxquels ils sont exposés.
  4. Organiser les plannings pour limiter le temps d’exposition au bruit et alterner les travaux bruyants avec d’autres moins bruyants.

3 – Ergonomie

L’ergonomie sur le lieu de travail est souvent négligée dans le secteur de la soudure, pourtant, elle est cruciale pour prévenir les blessures à long terme. Les soudeurs sont régulièrement confrontés à des risques ergonomiques importants, qui s’ils sont ignorés, peuvent entraîner des conséquences débilitantes sur la santé.

Les soudeurs doivent fréquemment déplacer de lourdes pièces métalliques ou des équipements, ce qui met à rude épreuve leur musculature et leur squelette. Le travail de soudage nécessite aussi souvent de maintenir des positions inconfortables pendant de longues périodes, ce qui peut causer des tensions dans certaines parties du corps.

Les activités telles que le meulage, le polissage ou même le soudage lui-même impliquent des mouvements répétitifs. De plus, restant souvent debout immobiles dans la même position, les soudeurs sont susceptibles de développer des douleurs.

Les conséquences directes de ces risques ergonomiques incluent un large éventail de troubles musculosquelettiques. Les foulures, entorses, fractures et les douleurs lombaires sont parmi les blessures les plus courantes chez les soudeurs. Les maux de dos, dus au soulèvement et à la manipulation de charges, sont particulièrement prévalents.

Les blessures au cou, les douleurs aux jambes, aux genoux, ainsi que les tendinites, sont également fréquemment rapportées. Ces maux peuvent être exacerbés par l’usure quotidienne dans l’atelier, entraînant des troubles articulaires à long terme.

Prévention et amélioration de l’ergonomie sur le lieu de travail :

  1. Une formation adéquate sur les techniques de manutention sécuritaire peut aider à minimiser le risque de blessures lors du soulèvement ou du déplacement de charges.
  2. Concevoir des postes de travail qui s’adaptent à la tâche et à l’individu peut aider à réduire la contrainte physique.
  3. L’utilisation d’équipements de levage mécanique peut considérablement réduire la charge physique sur les travailleurs.
  4. La mise en place de pauses régulières et la rotation des tâches peut diminuer l’exposition à des postures et mouvements nuisibles.
  5. Encourager des routines d’étirement et de renforcement musculaire peut améliorer la condition physique générale des soudeurs.
  6. Un ergonome peut analyser les postes de travail pour identifier et atténuer les risques ergonomiques par des ajustements ciblés.

4  – Projection de particules

Dans l’industrie de la soudure, les projections de particules telles que les étincelles et les gouttelettes de métal en fusion sont des incidents courants mais dangereux.

Des étincelles peuvent rebondir sur les surfaces et s’infiltrer dans les vêtements, les chaussures ou sous les équipements de protection. Des gouttelettes de métal en fusion peuvent causer des brûlures sévères au contact de la peau. Et de la poussière de métal créée par le meulage et le polissage peut se loger sur la peau ou même atteindre les yeux.

Les particules chaudes peuvent causer des lésions allant de brûlures superficielles à des brûlures plus graves nécessitant une intervention médicale. Les yeux sont particulièrement vulnérables aux particules volantes, pouvant entraîner des lésions oculaires, voire une perte de vision. Les petites particules incandescentes peuvent également causer de petites piqûres douloureuses sur la peau, similaires aux piqûres d’insectes mais avec un risque d’infection et de cicatrice.

Pour se protéger contre les projections de particules, les soudeurs doivent utiliser un équipement de protection individuelle (EPI) adapté, tel que des lunettes de sécurité avec protection latérale, des écrans faciaux, des gants résistants à la chaleur, et des vêtements de protection en matériau ignifuge. De plus, l’installation de barrières ou d’écrans autour des zones de soudure peut aider à confiner et à minimiser la dispersion des particules.

5  – Chaleur

L’exposition à des températures élevées est une autre facette dangereuse du métier de soudeur. Les effets de la chaleur excessive ne se limitent pas à un inconfort temporaire mais peuvent entraîner des troubles graves.

  • Boutons de Chaleur : Ce sont des éruptions cutanées douloureuses et qui démangent sont dues à une sudation excessive dans les environnements chauds.
  • Œdème de Chaleur : Gonflement des extrémités causé par une rétention d’eau en réponse à la chaleur.
  • Fatigue Mentale : La chaleur peut altérer la concentration et le jugement, augmentant ainsi le risque d’accidents.
  • Crampes de Chaleur : Les spasmes musculaires douloureux résultent souvent de la perte de sel et d’hydratation pendant le travail dans des conditions chaudes.
  • Épuisement à la Chaleur : Une transpiration abondante sans remplacement adéquat de fluides peut mener à un épuisement dû à la chaleur.
  • Syncopes : Des baisses de pression sanguine causées par la chaleur peuvent entraîner des évanouissements.
  • Coups de Chaleur : La condition la plus sérieuse liée à la chaleur, où le corps n’est plus capable de se réguler, pouvant être fatal si elle n’est pas traitée rapidement.

La prévention des maladies liées à la chaleur inclut la prise de pauses régulières dans des zones fraîches, la consommation d’eau suffisante pour rester hydraté, et le port de vêtements appropriés qui favorisent l’évaporation de la sueur. Il est également important d’acclimater progressivement le corps à des environnements de travail chauds et d’être attentif aux signes de malaise liés à la chaleur pour y réagir rapidement.

6  – Rayons

Le métier de soudeur expose régulièrement à différentes formes de rayonnement qui peuvent avoir des effets néfastes sur la santé à court et à long terme, en particulier les rayons ultraviolets (UV), visibles et infrarouges (IR).

L’exposition aux rayons UV peut causer des «coups d’arc,» une forme de kératite, ainsi que favoriser l’apparition de cataractes après des expositions répétées. Les UV intensifient également la pigmentation, peuvent provoquer des brûlures solaires (rougeurs), accélérer le vieillissement de la peau et augmenter le risque de cancer cutané à long terme.

La lumière intense des rayons visibles peut causer un éblouissement, entraînant une fatigue visuelle et des maux de tête, nuisant ainsi à la performance du travail et au bien-être général du soudeur.

Une exposition aux rayons IR peut entraîner des larmoiements excessifs, des maux de tête, et dans les cas les plus graves, des brûlures de la rétine et de la cornée, contribuant également à la formation de cataractes sur le long terme. Les rayons IR peuvent aussi provoquer des brûlures thermiques et diverses affections cutanées similaires à celles causées par une exposition prolongée à la chaleur.

Pour se protéger contre les effets néfastes des rayonnements, les soudeurs doivent :

  1. Utiliser un Équipement de Protection Individuelle comme les masques de soudage avec filtres appropriés qui bloquent les rayons UV et IR, ainsi que des écrans faciaux lorsqu’ils sont exposés à une lumière intense.
  2. Des vêtements couvrant la peau et faits de tissus résistants aux UV peuvent réduire considérablement l’exposition cutanée.
  3. Utiliser des écrans ou des rideaux de soudage pour minimiser l’exposition aux rayons pour les autres travailleurs à proximité.

7 – Chocs électriques

Le soudage implique l’utilisation de courants électriques élevés, ce qui présente un risque intrinsèque de chocs électriques. La gravité des blessures en cas de choc électrique est déterminée par la résistance du corps humain et l’intensité, la durée et le trajet du courant à travers le corps.

Les conséquences d’un choc électrique peuvent varier de légères secousses douloureuses à des conséquences beaucoup plus graves, telles que :

  • Douleur aiguë causée par des secousses électriques
  • Contractions musculaires involontaires
  • Graves chocs électriques pouvant entraîner des interruptions temporaires ou permanentes de la respiration
  • Fibrillation cardiaque, un trouble grave du rythme cardiaque pouvant être fatal
  • Brûlures internes et externes résultant du passage du courant dans les tissus

Pour minimiser le risque de chocs électriques, des mesures de sécurité essentielles comprennent :

  1. Utilisation d’équipement et de matériel en bon état de fonctionnement
  2. Port systématique de gants isolants et de chaussures de sécurité
  3. Formation des soudeurs aux procédures de travail sécuritaires et aux premiers secours en cas d’accident électrique
  4. Maintenance régulière des équipements pour assurer leur bon fonctionnement et leur sécurité

8  – Incendies et explosions

Le soudage peut facilement devenir une source d’incendie et d’explosion lorsqu’il est effectué à proximité de matières combustibles ou en présence de gaz sous pression.

Les incendies et les explosions peuvent causer des dégâts catastrophiques, y compris des blessures graves ou mortelles pour les travailleurs et des dommages importants à l’équipement et aux infrastructures.

Les mesures préventives comprennent :

  1. Éloignement des matières combustibles de la zone de soudage
  2. Utilisation appropriée et stockage sécurisé des bouteilles de gaz
  3. Veiller à une aération adéquate pour éviter l’accumulation de gaz inflammables
  4. Surveillance constante des zones où le risque d’incendie est élevé

9  – Machines à découper, percer et façonner le métal

L’utilisation de machines pour découper, percer et façonner le métal peut exposer les travailleurs à des risques de blessures graves.

Les opérations de ces machines sans les protections adéquates peuvent conduire à des coupures et contusions, fractures, voire amputations. Il faut ajouter les risques liés à l’interaction avec des éléments mobiles de la machine, comme l’arrachement des cheveux ou des vêtements.

Des protocoles de sécurité stricts doivent être mis en place, tels que :

  1. Formation approfondie à l’utilisation sûre des machines
  2. Entretien régulier des machines pour garantir leur sécurité d’utilisation
  3. Mise en place de dispositifs de protection pour éviter tout contact avec les parties mobiles
  4. Port de protections individuelles adéquates, comme des lunettes de sécurité, des protecteurs d’oreilles et des vêtements de travail résistants. Pour certaines machines il est aussi recommandé de ne pas porter de gant car ils pourraient se coincer sur une partie mobile.

Conclusion

Le métier de soudeur comporte de nombreux risques qui ne doivent pas être pris à la légère. De l’exposition aux fumées toxiques aux risques d’électrocution, en passant par le bruit intense, l’ergonomie précaire, les projections de particules, la chaleur extrême, les rayons nocifs et les dangers liés à l’utilisation de machines lourdes, chaque aspect de ce travail nécessite une attention et des mesures de précaution rigoureuses.

La mise en œuvre de pratiques de travail sécuritaires, l’utilisation d’équipements de protection et la formation continue sont cruciaux pour réduire ces risques. En cultivant un environnement de travail sûr et conscient des dangers, non seulement la santé et la sécurité des soudeurs sont préservées, mais la productivité et la qualité du travail sont également améliorées.

3 Façons de Faire un Premier Pas vers un Environnement sans Fumées

1 – Assister à notre Webinaire

2 – Demander le Guide «30 Conseils d’Expert pour Se Débarrasser des Fumées»

Vous recevrez aussi de l’info sur les réglementations, des exemples d’installation, des conseils pour choisir le bon extracteur.

3 – Contactez-Nous

Il nous fera plaisir de vous aider à protéger vos soudeurs et à respecter les normes en vigueur. Nous nous déplaçons partout au Canada et aux États-Unis pour des essais gratuits.

1-800-922-2522
info@henlex.com